Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Le paradoxe de l’enseignement supérieur dans la région MENA

Average: 4.7 (3 votes)
Jun 30, 2016 / 0 Comments
   

Ce billet a d’abord été publié sur Future Development.

Note : Texte du discours prononcé lors de la conférence intitulée Changement de paradigme dans l’enseignement tertiaire et organisée à Alger du 30 mai au 2 juin derniers.

 

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) est le berceau de l’enseignement supérieur, puisque l’on y trouve trois des plus anciennes universités du monde encore en activité: je pense à l’Iran, au Maroc et à l’Égypte. Aujourd’hui, la médiocrité de son enseignement supérieur condamne la région à occuper les dernières places des classements internationaux.

 

Continuer à lire cet article sur le blog de la banque mondiale 

 

Shanta Devarajan

Shanta Devarajan est économiste en chef pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord de la Banque mondiale. Depuis son arrivée à la Banque mondiale en 1991, il a exercé les fonctions d’économiste principal et directeur de la recherche en économie du secteur public au sein du Groupe de recherche sur le développement, et occupé le poste d’économiste en chef pour le Réseau du développement humain, la Région Asie du Sud et la Région Afrique. Il a par ailleurs dirigé l’édition 2004 du Rapport sur le développement dans le monde intitulée Des services pour les pauvres. Avant 1991, il était enseignant à la John F. Kennedy School of Government de l’Université Harvard. Les travaux de M. Devarajan, qui est l’auteur ou le coauteur de plus d’une centaine de publications, portent sur l'économie publique, la politique commerciale, les ressources naturelles et l’environnement, ainsi que sur les modèles d’équilibre général pour les pays en développement. Né au Sri Lanka, M. Devarajan est titulaire d’une licence en mathématiques de l’Université Princeton et d’un doctorat en économie de l’Université de Californie-Berkeley.

Comments

Leave Your Comment