Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Comment les données sur le transport public peuvent-elles faciliter la mobilité ?

Average: 3.9 (22 votes)
Oct 15, 2018 / 0 Comments
   

Source : Transport for Cairo

 

La vie urbaine devient de plus en plus complexe en raison des densités élevées, de l’augmentation de la population et d’un étalement urbain toujours plus important. Ces facteurs expliquent l’augmentation de la demande de mobilité. Néanmoins, les usages conventionnels du transport ne garantissent pas un bon bilan environnemental et ne répondent pas non plus nécessairement à cette demande croissante de mobilité. Durant de nombreuses années, la réponse à cette demande a été principalement la construction de nouvelles infrastructures de transports ou l'augmentation du nombre de véhicules. Toutefois, le développement rapide des technologies de l'information et de la communication (TIC) et les progrès enregistrés en matière de systèmes de transport intelligents (STI) dans de nombreuses villes du monde entier encouragent les décideurs politiques et les entrepreneurs à rechercher de nouvelles solutions pour relever les défis de la mobilité urbaine. Des méthodes plus « intelligentes » ont été introduites, telles que l’optimisation des flottes de véhicules pour répondre à une demande plus forte sans pour autant mettre davantage de véhicules en circulation sur les routes.

 

La mobilité urbaine est la capacité et la liberté de se déplacer d’un point de départ à un point d’arrivée par tout moyen de transport. Les transports publics sont définis comme « les services de transport de voyageurs, d’intérêt économique général, fournis à la population de manière ininterrompue et sans discrimination » (Transport Agency, 2014). L'inconvénient de ce système tient aussi dans une définition lapidaire d’Erik Jenelius, professeur à l'université KTH de Stockholm : « Les transports publics vous emmènent de là où vous n'êtes pas à là où vous ne voulez pas aller, à un moment qui ne vous convient pas, en compagnie de personnes que vous n'avez pas choisies ». Dans le même contexte, les véhicules privés ne sont pas exempts d’inconvénients, tant pour les automobilistes que pour l'environnement : embouteillages, temps perdu à rechercher une place de stationnement et temps d’immobilisation du véhicule, qui représente au final la plus grande partie du cycle de vie des voitures particulières.

 

La mobilité « intelligente », ou smart mobility, peut être définie de façon simple comme l’intégration des technologies de l’information et de la communication aux différents systèmes de transports de masse. Cette catégorie de services repose sur la numérisation, les données et sur des outils technologiques comme les capteurs, le GPS et les logiciels. Ils permettent d’améliorer le fonctionnement des systèmes de transport et leur efficacité. Des exemples variés de mobilité intelligente peuvent être observés dans de nombreuses villes à travers le monde : utiliser son téléphone mobile pour commander un véhicule avec chauffeur, trouver le vélo partagé le plus proche de son domicile… Il s’agit là d’applications simples de mobilité intelligente. À plus grande échelle, les opérateurs de transports en commun de beaucoup de villes du monde utilisent des données en temps réel pour informer les usagers et accroître l'efficacité de leurs systèmes de transport. A ce titre, Stockholm est un autre exemple d'amélioration de son réseau de transport au travers de la mobilité intelligente : en effet, dans cette ville, les opérateurs de transports en commun utilisent des systèmes technologiques avancés pour surveiller et guider leur flotte d'autobus afin de maintenir un intervalle fixe entre chacun. Cet usage de la mobilité intelligente a contribué à réduire les retards des autobus et à améliorer la fiabilité du système dans son ensemble.

 

Dans quelle mesure les applications de « smart mobility » peuvent-elles être appliquées aux transports publics dans les pays en développement ? Comme nous l’avons dit plus haut, la numérisation, les données et les technologies de l’information et de la communication sont les principaux composants des systèmes de mobilité intelligente. Leur bon fonctionnement repose en particulier sur l’existence de données. Il est difficile, voire impossible, d'imaginer une planification des transports, dans n'importe quelle agglomération urbaine, sans que les décideurs politiques, les chercheurs et les utilisateurs eux-mêmes aient accès à des données. Le manque de données, principal obstacle à la promotion des transports publics, a fait naitre plusieurs initiatives dans le monde en développement. Citons par exemple Digital Matatus au Kenya, Bus Map Project au Liban et Maan Nassel en Jordanie. Au Caire, une équipe de sept personnes a lancé en 2015 un projet appelé Transport for Cairo (TfC). Son premier objectif est de promouvoir l’usage des transports publics en cartographiant les réseaux de transports et en diffusant les données collectées sous forme de données ouvertes, accessibles aux différents acteurs. Dès les premiers jours du projet ‘Transport for Cairo’ (TfC), l'équipe s'est rendue compte que les données sur le transport collectif au Caire pouvaient changer la donne pour tout le transport urbain à l’échelle de l’Égypte. De plus, la numérisation d’un réseau de transport aussi complexe que celui de la région du Grand Caire peut aussi inspirer d’autres villes du monde en développement.

 

Ces trois dernières années, ‘Transport for Cairo’ (TfC) a utilisé le GPS des téléphones cellulaires pour tracer les plans numériques des lignes de transports. Les données récoltées ont été rendues accessibles sous la forme d'une base de données SIG (système d'information géographique), et de flux GTFS (norme reconnue dans le monde entier pour sauvegarder des données de mobilité). Ces données peuvent constituer la première couche d’informations d'un nombre infini d'applications de mobilité intelligente. ‘Transport for Cairo’ a aujourd’hui étoffé son équipe et ses capacités techniques s’améliorent sans cesse. L’initiative a été intégrée dans une importante pépinière de projets, Digital Cairo, en partenariat avec l'initiative Digital Matatus et le cabinet de conseil Takween Integrated Community Development. Ce projet a pour objectif de cartographier numériquement les systèmes de transports publics de la ville du Caire. Son financement est assuré par Expo Live, un programme de partenariats lancé par Dubaï Expo 2020 pour soutenir la réalisation d’objectifs de développement durable dans le monde.

 

La mobilité intelligente est un facteur-clé d’amélioration des services de mobilité urbaine. C’est aussi l’un des éléments essentiels pour parvenir à une mobilité soutenable pour l’environnement. Cependant, son développement est encore très limité dans nombre de villes du monde, pour plusieurs raisons, dont le manque de données et la faiblesse des infrastructures numériques. Or, celles-ci sont indispensable pour planifier et gérer les systèmes de transports et sont par ailleurs au fondement du développement des services de mobilité intelligente. 

Islam Gaber

Islam Gaber est le co-fondateur de Transport for Cairo (TfC) , créé en 2015. Ingénieur-informaticien de formation, il est spécialiste du transport et a travaillé durant plusieurs années pour le ministère égyptien des Transports.

Comments

Leave Your Comment