Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

« Migrations, Territoires et Développement: à la recherche d’un nouveau modèle d’interactions »

Average: 4 (4 votes)
Jan 26, 2015 / 0 Comments
   

[Episode n° 7] : Les « Communautés de Développement Solidaire », réponse aux nouvelles caractéristiques du territoire et des diasporas

 

Par Jacques OULD AOUDIA*

 

De quoi allons-nous parler ? De la migration internationale, des diasporas, du développement, des territoires d’origine des migrants, des pays d’accueil, .... et des liens que les migrants tissent chaque jour entre tous ces mots. Nous en parlerons en 8 épisodes. N’hésitez pas à réagir, critiquer, proposer, contester, approuver... Vous avez votre espace pour vous exprimer.

 

L’association Migrations & Développement (M&D)1 conduit actuellement le projet de création de Communautés de Développement Solidaire, à partir de sa pratique de mobilisation de migrants pour le développement des territoires d’origine depuis près de 30 ans dans le centre-sud du Maroc.

 

Sous l’impulsion d’Aouatif El Fakir qui a déduit ce concept de « Communauté de Développement Solidaire » de ses travaux de recherche sur les espaces d’apprentissage interactif des Communautés d’Innovation, M&D associe une élaboration conceptuelle à une construction concrète sur le terrain2. La réalité modifiera sans doute les idées de départ, mais la direction est donnée.

 

Définition. A ce stade, nous définissons ainsi la Communauté de Développement Solidaire (CDS) : c’est un espace transnational de partage de ressources en idées, informations, compétences, projets, financements solidaires et participatifs, opportunités d’investissements économiques... Un espace non hiérarchisé où cependant les acteurs locaux du pays d’origine jouent un rôle moteur. Un espace interactif d’apprentissage, un outil de coordination, basé sur des valeurs d’échange et de partage. Un espace ancrée sur un territoire et ouvert sur la diaspora.

 

Le but de la CDS est de favoriser les transferts favorables au développement social, culturel et économique entre territoires et diasporas.

 

L’ancrage au territoire se manifeste par les initiatives des acteurs de terrain qui mobilisent, depuis le territoire, les migrants et leurs enfants. Ce sont eux qui connaissent le mieux une partie de ces migrants. Ce sont eux qui identifient au plus près les besoins (en compétences, en financements...) et les opportunités du territoire (en investissements économiques, en dispositifs fonciers, en projets sociaux....). En échange, ils peuvent offrir aux jeunes générations issus de migrants des espaces pour des projets d’échanges (chantiers -échanges, visites croisées, rencontres culturelles...) et répondre ainsi à des besoins de la diaspora.

 

Quelle échelle pour le territoire ? Les difficultés dans la mise en place de politiques de mobilisation des diasporas par tous les pays du Sud montrent que l’échelle nationale est trop vaste pour capter l’ensemble des diasporas (au Maroc, la diaspora regroupe environ 4,5 millions de personnes dispersées dans plus de 130 pays). La Commune d’origine est sans doute trop étroite pour porter à elle seule une Communauté de Développement Solidaire. Nous faisons l’hypothèse que l’échelle pertinente se situera entre les deux niveaux. Au final, ce sont les acteurs qui définiront l’assise géographique des territoires concernés pour construire une CDS.

 

L’ouverture se manifeste par le fait que la CDS s’adresse à l’ensemble de la diaspora, intérieure et extérieure au pays. Elle s’adresse aux associations de migrants mais aussi aux individus, selon une multitude de formes (solidaire ou économique) que les participants à la Communauté définiront eux-mêmes. Elle est également ouverte sur la « diaspora de coeur », constituée de ceux qui se sentent solidaires d’un territoire sans en être originaires. Cette diaspora de coeur élargit la notion de solidarité internationale à la solidarité de proximité, avec les migrants dont on partage l’espace dans le pays d’accueil pour s’associer à des projets et les soutenir dans le pays d’origine.

 

Un support informatique. La Communauté de Développement Solidaire (CDS) est soutenue par une Plateforme informatique sur le Web, lieu virtuel d’interactions et d’apprentissage entre apporteurs de ressources et projets de développement des territoires, en phase avec les nouvelles pratiques ici et là-bas.

 

Comment fonctionne la Communauté de Développement Solidaire ? La CDS est actionnée par un Animateur de Communauté qui agit essentiellement dans l’espace virtuel pour mobiliser la diaspora via les réseaux sociaux. Cet Animateur de Communauté est en contact étroit avec un Animateur de Territoire qui assure l’interface physique entre les acteurs du territoire, les projets et la Plateforme.

 

Le but de la CDS est de multiplier les rencontres et actions concrètes et les espaces d’apprentissage afin de co-concevoir et de co-construire des innovations, en vue de développer des projets concrets.

 

Actuellement, l’association « Migrations & Développement » est en train de répondre aux demandes des acteurs locaux sur l’Atlas et l’Anti-Atlas marocains en vue de créer une Communauté de Développement Solidaire ancrée sur cette vaste région qui a donné les premiers et les plus nombreux contingents de migrants marocains internes et internationaux. Une étude est en cours, qui analyse la demande des territoires et les attentes des diverses composantes de la diaspora. Cette étude débouchera sur un cahier des charges pour le développeur qui bâtira la plateforme adaptée aux besoins de la CDS.


[1] http://www.migdev.org/

[2] Un document de travail sur les « Communautés de Développement » est accessible sur ce lien.


 

Les huit episodes de cette serie:

 

  1. 1. La migration, un phénomène multiforme
  2. 2. Une modification progressive de la migration et de sa perception.
  3. 3. La migration : problème ou miroir des sociétés
  4. 4. Développement, Migrations : quelles relations, quels enchainements?
  5. 5. Le migrant comme catalyseur du développement d’un territoire
  6. 6. Que faire pour dynamiser le lien entre la migration et le développement du pays d’origine ?
  7. 7. Les « Communautés de Développement Solidaire », réponse aux nouvelles caractéristiques du territoire et des diasporas
  8. 8. Extending the Concept of Communities for Shared Development to the Rest of the World

 

Jacques OULD AOUDIA

Jacques Ould Aoudia est chercheur en économie politique du développement.

Activité professionnelle: Jusqu’en 2011 : Économiste à la Direction Générale du Trésor (Ministère de l’Economie, France): analyse des fondements institutionnels et de l’économie politique du développement, notamment dans le monde arabe. Chercheur associé à l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES, Maroc).

A titre bénévole: Président de l’association « Migrations & Développement » créée en France par des migrants marocains en 1986. Site web de l’association : http://www.migdev.org/   

Auteur de plusieurs publications:   desquelles: Captation ou création de richesse? Une convergence inattendue entre Nord et Sud, Gallimard, Le Débat n°178, Janvier-Février, 2014 ; Des migrants marocains acteurs du développement, (avec Yves Bourron), Hommes & Migrations No.1303, Juillet-Septembre, 2013.

Site web de l’auteur: http://www.jacques-ould-aoudia.net/

Comments

Leave Your Comment